Ma présentation de l’ouvrage « La liberté au cœur – le temps des semailles » de Me Adrien Houngbédji

Il nous donne au passage quelques paragraphes de discussions philosophiques sur le sujet de la peine de mort, passages qui n’ont pas été sans me rappeler le bouleversant "dernier jour d’un condamné" de Victor Hugo. Car, La liberté au cœur, le temps des semailles, c’est cela : l’ouvrage d’un humaniste, qui s’interroge sur le sens de la vie, celui de la justice des hommes, celui de la transcendance, sur la condition humaine tout court ; "je me sens uni aux hommes, à tout homme, par un lien que je ne définis pas, ineffable, mais toujours présent."P100

Publicités

Note de lecture : L’affaire Toutankhamon de Christian Jacq

C’est bien la première œuvre de fiction que je lis sur l’Egypte ancienne, (et non pourtant, je me souviens vaguement avoir lu, il y a très longtemps, le roman de la momie de Théophile Gautier). Je ressors de cette lecture toute bouleversée, admirative d’une civilisation extraordinaire, dépouillée au passage de quelques idées reçues, et marquée … Lire la suite de Note de lecture : L’affaire Toutankhamon de Christian Jacq

Note de lecture : La dame aux camélias de Alexandre Dumas Fils

La variété des mots pour les désigner atteste de l’intérêt qu’elles n’ont jamais arrêté de susciter auprès du public, à la fois scandalisé et pourtant fort intéressé de connaître les détails de la vie de ces femmes comme en marge de la société, ces femmes du demi-monde comme dit Alexandre Dumas Fils. On les appelle … Lire la suite de Note de lecture : La dame aux camélias de Alexandre Dumas Fils

Lu pour vous : Babingo, au nom des acculturés de Moussibahou Mazou

Elégie aux langues nationales africaines Moussibahou Mazou publie en 2018 aux éditions Flamboyant de Cotonou, le roman Babingo, au nom des acculturés. En un peu moins de 300 pages, il fait un plaidoyer en faveur de l’introduction des langues nationales dans le système éducatif formel des pays africains, et signe, par la même occasion, un … Lire la suite de Lu pour vous : Babingo, au nom des acculturés de Moussibahou Mazou