Marcus Boni Teiga, écrivain Béninois, répond au questionnaire de Carmen

Journaliste et écrivain, Marcus Boni Teiga est aussi l’un des antiquisants et meilleurs spécialistes des études nubiennes. Il est l’auteur de Patrimoine – Le legs de l’Afrique noire à la Grèce et la Rome antiques paru en juin 2019 aux Editions Complicités à Paris et L’Egypte antique et la vallée du Nil – L’histoire cachée de l’origine négro-africaine des Egyptiens anciens paru en 2018 toujours aux Editions Complicités à Paris.
Lauréat du Prix international Imhotep en 2014 au Salon du Livre Panafricain de Bruxelles pour l’ensemble de son oeuvre sur la Nubie antique, lauréat des bourses Reuters en journalisme en 1994 et Reuters Fellow au Centre d’études des médias de l’Université Michel de Montaigne de Bordeaux 3, en France, il a été Secrétaire général de la Communauté nationale du culte vaudou et des religions traditionnelles du Bénin à la fin des années 1990.
Poète, conteur, dramaturge, romancier, essayiste, il est l’auteur dune dizaine d’ouvrages. Son premier roman Le fantôme de Cotonou, paru aux Éditions Nei-Ceda en 2016, à Abidjan en Côte d’Ivoire, a été prix de l’édition du salon international du livre d’Abidjan en 2016 et parmi les cinq finalistes du Prix Ivoire pour la littérature africaine d’expression française.

QUESTIONNAIRE DE CARMEN

  1. Quel est l’adjectif qui vous définirait le mieux ?: Serein.
  2. Quel est l’adjectif qui vous définirait le moins ?: Malhonnête.
  3. Quelle est la personnalité avec laquelle vous aimeriez dîner ?: Barack Obama. Non pas uniquement parce qu’il fut Président des Etats-Unis mais surtout parce que c’est un véritable cousin lointain de par son père qui est Luo. Tous les Luos du monde entier, tout comme les principaux rameaux qui ont constitué le peuple Natemba auquel j’appartiens, sont d’une seule et même lignée de Luo originaire du Soudan du Sud actuel. Cest de là que mes ancêtres ont migré avec leurs cousins Batombou ou « Bariba » pour venir s’installer dans le Nord-Ouest du Bénin actuel.
  4. Quelle est la personnalité avec laquelle vous détesteriez dîner ?: Patrice Talon.
  5. Quel est votre idéal masculin ?: Je nai pas l’habitude de regarder les hommes par deux fois.
  6. Quel est votre idéal féminin ?: Toute femme dans le canon égyptien des proportions, je veux dire par là que toute beauté physique ne réside que dans l’harmonie des proportions.
  7. La femme pour vous, qu’est-ce que c’est ?: C’est une personne doublement sacrée, comme dans les temps anciens en Afrique, contrairement à ce que certaines idées reçues ont toujours fait croire. Parce qu’elle est la seule à pouvoir porter la vie, et cela dans toute l’acception du vocable « porter ».
  8. L’homme pour vous, qu’est-ce que c’est ?: Un animal comme tous les autres, mais à qui il faut constamment rappeler qu’il doit, en plus, sévertuer à faire montre d’intelligence pour assurer la survie de tous les animaux, y compris ceux de son espèce.
  9. Quest-ce que vous faites au premier saut du lit (ou de la natte) ?: Je me dirige vers mon bureau et je me mets devant mon ordinateur.
  10. La dernière chose que vous faites avant de vous endormir ?: Regarder la télévision ou lire, c’est selon.
  11. Avez-vous peur de la mort ?: J’en ai eu, mais depuis que j’ai perdu mon père avant mes dix-sept ans révolus, plus jamais la peur ne m’a habité. Cela ne veut pas dire que je n’ai pas peur de la douleur, même si l’enfant Natemba que je suis est préparé à y faire face depuis sa tendre enfance. Il faut que je sois un menteur pour vous dire que je n’ai pas peur de la douleur. Raison pour laquelle j’aime la fameuse citation d’Alfred de Musset sur la douleur et l’homme qui dit ceci: « L’homme est un apprenti, la douleur est son maître, Et nul ne se connaît tant qu’il n’a pas souffert. C’est une dure loi, mais une loi suprême, Vieille comme le monde et la fatalité, Qu’il nous faut du malheur recevoir le baptême, Et qu’à ce triste prix, tout doit être acheté. Les moissons pour murir ont besoin de rosée, Pour vivre et pour sentir, l’homme a besoin de pleurs, La joie a pour symbole une plante brisée, Humide encore de pluie et couverte de fleurs». Il a raison, car il est le plus souvent nécessaire à l’homme de vivre cette souffrance humaine ou de la connaître par procuration pour avoir une certaine appétence à la compassion et la générosité dans notre monde actuel. J’ai été correspondant de guerre, et j’ai eu à côtoyer la mort. Si elle avait voulu de moi plus tôt, je serais déjà passé de vie à trépas. Ce dont je n’ai pas peur, de toute évidence, c’est cette idée que je suis appelé à disparaître du jour au lendemain et que je ne vais plus jamais exister à partir de ce jour-là.
  12. Quelle est votre plus grande peur ?: Perdre la mémoire. Pour le reste, je dois avouer que jai plus peur pour les autres que pour moi-même.
  13. Quel est le livre que vous emmèneriez au paradis ou en enfer, c’est selon ?: Les trois mousquetaires d’Alexandre Dumas.
  14. Dieu pour vous, qu’est-ce que c’est ?: Un Inconnu ou une Inconnue, c’est selon.
  15. L’écriture pour vous, qu’est-ce que c’est ?: L’écriture pour moi, c’est le tombeau de la parole. Du côté maternel, j’appartiens à une très longue lignée d’historiens traditionnels, de poètes et de philosophes dont la célébrité m’avait déjà précédé longtemps avant. Mes oncles maternels m’ont donc accordé leur bénédiction d’avoir élu l’écriture comme profession là où ils n’avaient que la parole pour l’exercer, convaincus sans doute que j’étais un maillon de la chaîne de leur survie, de même que celles de leurs traditions millénaires.
  16. Complétez cette phrase: « autant mourir que de transiger sur ce qui constitue, en tout cas pour moi, des valeurs humaines inaliénables ».
  17. Quelle est votre chanson préférée de tous les temps ?: Entre “Natural Mystic” et “Get up, Stand-up” de Bob Marley, mon coeur balance.
  18. Quel est votre objet fétiche ?: Les photos de mon père et de ma mère.
  19. Quelle est la couleur qui vous inspire le mieux ?: Le bleu.
  20. Quel serait pour vous le luxe suprême ?: Devenir un Grand écrivain. Je dis bien Grand écrivain, et non pas un écrivain célèbre. Je sais que j’en ai les ressources, mais il me faut encore travailler beaucoup plus que je ne l’ai fait jusqu’à présent. C’est tout !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s